A l’ombre de mes châteaux

Ce 20 novembre jour de notre défi du mois, j’ai choisi pour thème le mot  » Château  » .

 

017

 LE CHÂTEAU DU SOUVENIR

La main au front, le pied dans l’âtre,
Je songe, et cherche à revenir,
Par delà le passé grisâtre,
Au vieux château du Souvenir.

Une gaze de brume estompe
Arbres, maisons, plaines, coteaux,
Et l’œil au carrefour qui trompe
En vain consulte les poteaux.

J’avance parmi les décombres
De tout un monde enseveli,
Dans le mystère des pénombres,
À travers des limbes d’oubli.

Mais voici, blanche et diaphane,
La Mémoire, au bord du chemin,
Qui me remet, comme Ariane,
Son peloton de fil en main.

003

Petite fille j’habitais Sèvres aux portes de Versailles.

J’ai une tendresse particulière pour ce château que je rêve de visiter seule un jour sans ces cohortes de touristes qui me gâchent tout.

J’ai eu la chance de découvrir les jardins en visite privée ( ICI )

J’aime ce lieu chargé d’histoires et d’Histoire qui me donne parfois l’impression que des fantômes se sont égarés dans les bosquets et les allées de ses jardins.

009

 

                                             Désormais la route est certaine ;                                                                                                 Le soleil voilé reparaît,                                                                                                        Et du château la tour lointaine                                                     Pointe au-dessus de la forêt.

Sous l’arcade où le jour s’émousse,
De feuilles en feuilles tombant,
Le sentier ancien dans la mousse
Trace encor son étroit ruban.

045

 

J’ai fait mes études au Palais du Louvre où j’allais avec un vrai bonheur apprendre l’histoire de l’Art .

Je me souviens particulièrement des TP d’égyptologie le soir au soleil couchant dans les salles du premier étage : une magie très particulière se crée à cette heure là .

050077 067 060

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais la ronce en travers s’enlace,
La liane tend son filet,
Et la branche que je déplace
Revient et me donne un soufflet.

Enfin, au bout de la clairière,
Je découvre du vieux manoir
Les tourelles en poivrière
Et les hauts toits en éteignoir.

Sur le comble aucune fumée
Rayant le ciel d’un bleu sillon ;
Pas une fenêtre allumée
D’une figure ou d’un rayon.

Les chaînes du pont sont brisées ;
Aux fossés, la lentille d’eau
De ses taches vert-de-grisées
Étale le glauque rideau.

Des tortuosités de lierre
Pénètrent dans chaque refend,
Payant la tour hospitalière
Qui les soutient… en l’étouffant.

Le porche à la lune se ronge,
Le temps le sculpte à sa façon,
Et la pluie a passé l’éponge
Sur les couleurs de mon blason.

 

047

059

 

 

 

 

 

 

 

051

065

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                  Tout ému, je pousse la porte,                                                                                                Qui cède et geint sur ses pivots ;                                                                                         Un air froid en sort et m’apporte                                                      Le fade parfum des caveaux.

L’ortie aux morsures aiguës,
La bardane aux larges contours,
Sous les ombelles des ciguës,
Prospèrent dans l’angle des cours.

020

J’ai longtemps vaincu à l’ombre du château de Vincennes .

030-001 026 025-002 025-001

                                           

113

                                            Sur les deux chimères de marbre,                                            

  Gardiennes du perron verdi,

Se découpe l’ombre d’un arbre
Pendant mon absence grandi.

Levant leurs pattes de lionne,
Elles se mettent en arrêt ;
Leur regard blanc me questionne,
Mais je leur dis le mot secret.

Et je passe. — Dressant sa tête,
Le vieux chien retombe assoupi,
Et mon pas sonore inquiète
L’écho dans son coin accroupi. (…)

 

114 112 111 110 109 108

 

 

 

 

 

 

 

036

Je retrouve au long des tentures,

Comme des hôtes endormis,
Pastels blafards, sombres peintures,
Jeunes beautés et vieux amis.

Ma main tremblante enlève un crêpe,
Et je vois mon défunt amour,
Jupons bouffants, taille de guêpe,
La Cidalise en Pompadour !

Un bouton de rose s’entr’ouvre
À son corset enrubanné,
Dont la dentelle à demi couvre
Un sein neigeux d’azur veiné.

Ses yeux ont de moites paillettes,
Comme aux feuilles que le froid mord ;
La pourpre monte à ses pommettes,
Eclat trompeur, fard de la mort !

Elle tressaille à mon approche,
Et son regard, triste et charmant,
Sur le mien, d’un air de reproche,
Se fixe douloureusement.

Bien que la vie au loin m’emporte,
Ton nom dans mon cœur est marqué,
Fleur de pastel, gentille morte,
Ombre en habit de bal masqué ! (…)

004-001

 

 

                                            Dans son cadre, que l’ombre moire,                                                                                             Au lieu de réfléchir mes traits,                                                                                                   La glace ébauche de mémoire                                                   Le plus ancien de mes portraits. (…)

004

 

Me voici dans le Midi de la France dont je commence à explorer les merveilles !

Ici le château de Marsillargues :

005

009-001 008 007 006

 

 

 

 

 

 

 

010

 

 La nuit tombe et met avec l’ombre

Ses terreurs aux recoins dormants.
L’inconnu, machiniste sombre,
Monte ses épouvantements.

Des explosions de bougies
Crèvent soudain sur les flambeaux !
Leurs auréoles élargies
Semblent des lampes de tombeaux.

Une main d’ombre ouvre la porte
Sans en faire grincer la clé.
D’hôtes pâles qu’un souffle apporte
Le salon se trouve peuplé.

Les portraits quittent la muraille,
Frottant de leurs mouchoirs jaunis,
Sur leur visage qui s’éraille,
La crasse fauve du vernis.

D’un reflet rouge illuminée,
La bande se chauffe les doigts
Et fait cercle à la cheminée
Où tout à coup flambe le bois.(…)

 

035

Là les remparts d’Aigues Mortes.

038 037 036 034

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais le jour luit à la fenêtre ;

Et les spectres, moins arrêtés,
Laissent les objets transparaître
Dans leurs diaphanéités.

Les cires fondent consumées ;
Sous les cendres s’éteint le feu ;
Du parquet montent des fumées…
Château du Souvenir, adieu !

Encore une autre fois Décembre
Va retourner le sablier.
Le Présent entre dans ma chambre
Et me dit en vain d’oublier.

016

J’aime les châteaux et demeures qui ont une histoire, dont les murs gardent les secrets …

014

Vous pouvez aller voir les participations à ce défi en suivant les liens :

Passiflore

L’oeil et la main

Tout douce mans

Ficelles et chiffons

Les bidouilles à Kiki

Soene aux mots passants

Les bricoles de Dame Uranie

Les petites créas de Vonnette

Calinquette 

Antiblues !

Bloguiblogons

N’hésitez pas à me dire si je vous ai oublié !!!

Instant de novembre

Sylvie du blog Rêveries du Chat Bleu nous propose un joli thème pour ce mois de novembre :

« la feuille emportée par le vent tombe en tourbillonnant « 

trouvez-nous de jolis parterres de feuilles.

J’ai choisi quatre photos pour ce sujet :

001 002 003 018

L’AUTOMNE 

Sois le bienvenu, rouge Automne,
Accours dans ton riche appareil,
Embrase le coteau vermeil
Que la vigne pare et festonne.

Père, tu rempliras la tonne
Qui nous verse le doux sommeil ;
Sois le bienvenu, rouge Automne,
Accours dans ton riche appareil.

Déjà la Nymphe qui s’étonne,
Blanche de la nuque à l’orteil,
Rit aux chants ivres de soleil
Que le gai vendangeur entonne.
Sois le bienvenu, rouge Automne.

Théodore de Banville

Promenade automnale

J’aime l’automne surtout en Provence parce que la lumière y est incomparable !

Les couleurs chatoyantes sont là mais l’air reste doux et le soleil pare les feuilles d’une aura d’or féerique .

La saison a à peine commencé ici, l’or n’a pas eu le temps de mûrir, mais il travaille doucement à ciseler la Nature à son rythme lent et sur .

022 023 021 020 019 017 015 014 013 012 011 010 009 008 007 006 005 004 002 001

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

016

 

Dans le parc …

Dans le parc aux lointains voilés de brume, sous
Les grands arbres d’où tombe avec un bruit très doux
L’adieu des feuilles d’or parmi la solitude,
Sous le ciel pâlissant comme de lassitude,
Nous irons, si tu veux, jusqu’au soir, à pas lents,
Bercer l’été qui meurt dans nos coeurs indolents.
Nous marcherons parmi les muettes allées ;
Et cet amer parfum qu’ont les herbes foulées,
Et ce silence, et ce grand charme langoureux
Que verse en nous l’automne exquis et douloureux
Et qui sort des jardins, des bois, des eaux, des arbres
Et des parterres nus où grelottent les marbres,
Baignera doucement notre âme tout un jour,
Comme un mouchoir ancien qui sent encor l’amour.

Albert Samain, Le chariot d’or

014

 

Petit rappel pour le défi du 20 novembre : le thème est  » château » : tout le monde peut me faire un bel article sur ce sujet !

Mais dite le moi pour que je mette le lien de votre blog sur le mien ce jour là !

De retour

J’ai passé un doux weekend parisien avec une belle visite à la tombée de la nuit de la rue du Pont Louis Philippe près de Notre Dame .

Je vous ai rapporté une mosaïque de ce moment précieux :

Récemment mis à jour117

DOUCE SEMAINE A TOUS 

Des couleurs heureuses

Ce weekend je suis à Paris, oui ENCORE !!!

Voici donc un peu en avance mon bouquet du vendredi pour Nelly avec des couleurs éclatantes pour faire oublier le temps tout gris de ces derniers jours !

031

Et pour notre rendez vous du samedi chez  Amartia :

logo amartia

 

Je vous montre un mas provençal avec ses cyprès et ses vignes :

018

 

 

BON WEEKEND A TOUS 

 

La chapelle des pénitents gris

A Aigues Mortes se trouve une très belle chapelle : la chapelle des Pénitents gris

Je vous propose de la visiter avec moi :

040

 

 

041

046

 

 

 

 

 

 

 

057 054 053 052 051

056

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

055 050

 

047

 

Cette chapelle est en cours de restauration et heureusement car elle est magnifique !