Papotage du Premier du mois

Le premier février pointe le bout de son nez frileux et nous convie au papotage chez Patricia du blog Chemin de tables et de photos :

entree libre22Aujourd’hui je vous parle d’un livre :

 

024

J’ai d’abord aimé son format peu conventionnel, puis l’image de sa couverture, puis le titre  » La chimie des larmes » et enfin les quelques mots en quatrième de couverture :

« Le nouveau roman de Peter Carey fait dialoguer deux voix et deux destins. Séparés par plus d un siècle, deux êtres fous d amour et de chagrin poursuivent le même but : alors qu en 1854, Henry Brandling cherche un horloger capable de construire un jouet mécanique qui guérira son fils, en 2010 Catherine Gehrig affronte la mort de son amant secret en restaurant le même automate. Reliés par des carnets (que l un écrit et que l autre lit) et par leurs interrogations sur la mort, l amour et la technique, ces deux personnages émouvants découvrent progressivement que ce jouet mécanique recèle des mystères bien plus grands. La Chimie des larmes est un grand roman sur la force créatrice et sa participation à notre capacité de résilience. »

 

024-001

 

Je l’ai ouvert comme une boite précieuse très fragile et délicate en lisant les mots un par un comme on égrène un chapelet.

Oui cela peut vous semblez bizarre mais je suis une lectrice « en diagonale » capable d’avaler un livre entier en une journée.

Mais celui ci je voulais le savourer, en déguster chaque mot pour en profiter le plus longtemps possible.

J’ai même cherché un marque page, moi qui n’en utilise presque jamais, pour ne rien perdre de ces pages présentant peut être un long temps de lecture.

J’ai trouvé dans ma table de chevet une petite enveloppe de ce papier cristal qui crisse sous les doigts avec un beau papillon, celle qu’Aurélia m’avait glissée dans mes achats à sa boutique éphémère. Peut être un signe me direz vous ? Pourquoi pas ?

002

J’ai été touchée par ce livre dès les premières pages quand la narratrice parle de son grand père horloger qu’elle regardait travailler. Cette histoire est un écho à la mienne : mon grand père réparait des montres à ses heures perdues et je me souviens l’avoir accompagné au fond de courettes d’immeubles anciens du Carreau du Temple à Paris.

Je me souviens d’une sombre petite boutique avec des murs entiers de minuscules tiroirs renfermant des verres de montre. C’était rue Pastourelle : quel joli nom !

J’y retourne de temps en temps, dans un grand hôtel particulier, au fond d’une cour où je trouve de merveilleuses estampes de laiton pour mes créations de bijoux et je remémore ces merveilleux moments passés avec mon grand père.

Pour en revenir à ce livre qui m’a fait replonger dans mes souvenirs, j’ai été tout de suite entraînée dans cette histoire mais il n’est pas facile à lire : certaines phrases sont tortueuses parfois difficile à saisir dès la première lecture.

C’est un livre à goûter à petites bouchées.

Je l’ai aimé, vous vous en doutez puisqu’il m’a touché mais il ne m’a pas laissé une marque indélébile comme certains autres livres que j’ai lu et que je peux relire avec bonheur.

 » La chimie des larmes  » . Peter Carey . Actes Sud

024-001

Quoique vous lisiez en ce moment, je vous souhaite de bonnes lectures dont vous pouvez me laisser les titres ?

En ce moment je lis  » Le parfum de ces livres que nous avons aimés  » de Will Schwalbe aux Editions Belfond dont voici une citation que je pense va vous toucher :

035-001

 » Pour nous tous, il [ Bob ] est la parfaite illustration de la certitude qu’on peut être parti mais rester à jamais présent dans la vie de ceux qui vous ont aimé, à la manière dont vos livres favoris vous accompagnent toute votre vie, quel que soit le moment où vous les avez refermés pour la dernière fois. »

037-001

 

Joli trombone et étiquettes offertes par Monica du blog Atelier Armande

JE VOUS SOUHAITE UN BON WEEKEND DE LECTURE

061-002

 carte chez Des Ailes de papier : ici

40 réflexions au sujet de « Papotage du Premier du mois »

  1. Je note « La chimie des larmes » et je vais lire également « L’invention de Hugo Cabret » même si c’est un livre jeunesse !
    J’aimerai bien que tu me dises les dix livres que tu as préféré ? de l’instant ou de ta vie…
    Dans ce style, est-ce que tu as lu :
    « Le cirque des rêves » de Erin Morgenstern
    « La voleuses de livres » de Markus Zusak,
    « Le treizième conte » de Diane Setterfield,
    « Le livre des illusions » de Paul Auster,
    « Julius Winsome » de Gérard Donovan,
    « Folie d’une femme séduite » de Susan FROMBERG SCHAEFFER,
    « L’école des saveurs » de Erica Bauermeister,
    « L’ombre du vent » de Carlos Ruiz Zafon,
    « Le pianiste » d’Alexandro Baricco,
    « Les voleurs de beauté » de Pascal , »

  2. Sur tes bons conseils, j’essaye de passer commande sur le blog d’Armande mais ça ne marche pas, les commentaires ne passent pas et il n’y a pas le  » contacter l’auteur » Merci de le lui dire!

  3. magnifique ton papotage j’ai adoré
    quel joli titre ce livre
    et tu as raison le format m’a interpellée tout de suite aussi comme l’image
    j’aime le livre même si souvent c’est des formats standard selon l’image de couverture c’est encore plus de plaisir à le prendre en mains…
    c’est très beau comme tu nous en parle et ça m’émeut de te lire parler de tes souvenirs d’enfance….comme tu sais moi je n’en ai pratiquement pas pour cause de mémoire pas là ou là que pour le pire et aussi parce que je n’ai presque aucun objet, rien de mon enfance et ça me manque cruellement maintenant que j’ai vieilli bien plus qu’avant….
    c’est une belle histoire que tes souvenirs avec ton grand père
    sinon j’ai été bluffée de te lire dire que tu sais lire en diagonale et d’avaler ainsi un livre dans la journée
    comment tu fais ???
    ça m’intéresserai vraiment que tu me raconte….
    j’aime beaucoup la citation du deuxième
    merci de ce très très beau papotage , j’ai adoré vraiment
    gros bisous
    patricia

  4. Sophie, comme tu m’as touchée pour ce livre et même pour l’autre. Je craque, même que j’ai une longue liste de lectures en attente, mais celle-ci aura-t-elle la préference.
    Maintenant je lise un livre d’un auteur catala, « Quan en dèiem xampany » (Quand on en disait aussi champagne), l’histoire d’un producteur de bouchons de champagne catalan, qui parts vers Reims à 16 ans le 1889 et qui triomphe en la production.
    Je suis aussi, une lectrice en diagonel mais jamais avec des romans, alors je m’attarde en sa lecture et j’ai toujours 2 ou 3 livres en lisant.
    Gros bisous.

  5. Merci Sophie pour ce partage. Tu parles si bien de ce livre que cela me fait envie même si je crains un peu de ne pas réussir à me concentrer suffisamment pour suivre sa lecture. C’est terrible mais j’ai de plus en plus de mal à fixer mon attention sur des lectures un peu « difficiles ».
    En tout cas, je suis tentée et je viens de noter les références de l’ouvrage.
    Je te souhaite une très bonne semaine. Caresses à Norma 🙂

  6. Tu me donnes très envie de lire ces deux livres (dont le 1er me rappellera
    surement bien des souvenirs….)
    C’est vraiment le temps pour lire , bien au chaud. Cependant le printemps
    arrive…….j’ai 2 crocus jaunes fleuris dans ma pelouse…….
    Bon dimanche, A bientôt. Bisous JANINE

  7. merci pour cette présentation, ça donne effectivement envie de le lire !!! il y a certain livre comme ça qui nous marque plus que d’autre, la mémoire me fait défaut pour en citer, mais je suis fervente de lecture moi aussi et je les dévorent les uns après les autres, je ne peux pas rester sans un livre sous la main !! je le traîne partout, en salle d’attente chez les médecins, dans le train, en vacances, en weekend…
    bonne fin de weekend et profites du soleil
    bisousssssss
    Lo

  8. Au coin du feu je t’imagine tournant les pages !!! Un vrai temps pour lire au chaud !!!
    C’est « dans l’or du temps » qui me retiens en ce moment, livre de Claudie Gallay…
    Beau dimanche !

  9. La description que tu fais de ce livre , me donne vraiment envie de le lire , je retiens et il fera partie de mes prochains  » achats lecture  » …je lis aussi beaucoup…en ce moment je suis sur Fred Vargas  » l’armée furieuse  » …j’aime beaucoup cette auteure…et le prochain , sera  » Marie-Antoinette  » de Stefan Sweig…Je l’ai à peine entamé …il est génial…car je lis souvent plusieurs livres à la fois …mais pas en diagonale …j’aime m’imprégner à fond des ambiances…les vivre…m’évader…
    Merci pour ce partage …
    Douce soirée , bises , Flo.

  10. Ce papotage se veut donc littéraire. Il est vrai que certaines lectures nous touchent particulièrement et dès le début on sait qu’on ne va pas le lâcher. Je comprends que cet horloger a fait écho dans ton coeur de petite fille d’un grand père réparant les montres. Gros bisous Sophie. EVELYNE

  11. Un beau papotage,et un beau billet concernant ce livre.Pour moi en ce moment je n’ai plus du tout envie de lire,je ne sais pas pourquoi.Il faut dire que lors de mon hospitalisation j’en ai dévoré des livres,mais aucuns ne m’a laissé un souvenir impérissable(peu-être lié a de mauvais souvenirs)Mais l’envie reviendras plus tard,bon We et bonne chandeleur,bises!

  12. Je ne pense pas que ces livres me plairaient ma Sophie, mais tu en parles très bien, tu aurais fait je crois un excellent critique littéraire ! En ce moment je lis  » Un avion sans elle  » de Michel Bussy, et je viens de terminer le dernier Khaled Hosseïni, et le premier Gilles Legardinier qui m’a beaucoup fait rire !
    Excellent week-end !
    Grosses bises
    Cathy

  13. Les livres que nous avons lus restent en nous. L’autre nuit, je ne dormais pas et écoutais France Culture. J’ai allumé la radio juste au moment où :

    je suis homme et ne veux dire
    les choses qu’elle m’avait dites,
    les lumières de la raison
    mettent à mes mots leur limite.

    Souillée de baisers et de sable,
    je l’ai ramenée de la rive,
    au moment où contre les airs
    se battaient les épées des lys.

    Comme un vrai gitan que je suis,
    j’ai fait ce que je devais faire.
    Pour coudre je lui ai donné
    un nécessaire en satin clair.
    Je ne veux pas être amoureux
    car elle a dit qu’elle était fille
    alors qu’elle était mariée
    quand je la menais vers la rive.

    J’ai lu ces vers quand j’avais 14 ans et le les ai reconnus tout de suite. Si tous les livres, les bons, pouvaient laisser leur marque autant, nous serions plus grands.
    A cet âge, je voulais être « sage ». Lorca m’a peut être aidé à trouver le début du chemin.
    Gros bisous

  14. Je trouve que si tu te maquillais comme la femme de la couverture du livre tu lui ressemblerais. je lis très lentement car je m’endors au bout de quelques pages, en ce moment c’est « Le bonheur tableaux et bavardages » de philippe Delerm, ça me convient bien on peut le lire par petits bouts. la citation du 2ème livre est touchante, je pense souvent aux gens que j’aimais disparus.

  15. Coucou Sophie,
    Ton billet est un régal pour le papotage de Février, j’ai adoré. Merci de partager tes coups de coeur littéraires en donnant vraiment envie de découvrir ces deux livres.
    J’ai aimé la citation du second livre, merci.
    Très bonne journée, gros bisous.
    Lylou

  16. Un joli billet qui parle bien de ce livre même si je suis plus attirée par le second peut-être à cause de cette citation! Bon weekend Sophie tout doux plein de lectures puisque le temps n’incite guère a la promenade
    … Bisous

  17. Je me suis régalée à la lecture de ce billet…
    Jolies photos, jolis mots, et merci pour les conseils lecture : les deux ouvrages que tu présentes m’attirent autant par la couverture que par le titre ! Je suis très sensible à la présentation, quelque soit le sujet.
    Passe une belle journée (enfin, essaie…Qu’est-ce qu’il tombe sur Paris en ce moment ! )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *