Objets inanimés avez-donc une âme

Notre Lylou, aidé de Calinquette, nous donne pour la ronde du mois d’octobre le thème suivant :

Il peut s’agir
d’un objet d’enfance,
et/ou
transmis
par nos parents
 ou grands-parents,
et/ou
chiné en brocante !
Celui auquel 
on tient beaucoup,
même si abîmé,
 nous rappelant un souvenir,
une anecdote,
nous faisant sourire, rêver,
bref vous avez bien sûr carte blanche
pour créer une mise en scène
ou photographier  
vos Objets du Passé préférés !
Et comme nous sommes le dernier jour de ce joli mois, je me devais de lui répondre :
Je vous ai déjà montré quelques souvenirs de famille comme ces anges d’ivoire () ou la feuille sculptée de mon arrière grand père (ici).
Je vais donc vous montrer quelques petits trésors chinés au gré des brocantes, chez les antiquaires ou sur ebay .
MORCEAUX CHOISIS
016 015 012 011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

010

042

 

 

 

 

 

 

 

009 008 007 005 004 003

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

001

 

Doux weekend à tous

Chauds les marrons !

C’est le jour des Scènes de rue chez Rosa !

Je vous présente la jolie petite voiture du marchands de marrons chauds place de l’horloge à Nîmes :

FullSizeRender (4)

 

 

Comme elle est jolie cette voiturette avec son grand sourire !

Un rien décalé quand on sait qu’il fait 20 ° ! Mais tellement pittoresque ! Et bon !

Et oui ça change des vieux bidons parisiens dans des caddies !

Douce journée à vous !

Je vais à mon premier cours de pilates : après un mois d’aquagym, j’ai le droit de commencer le pilates !

En apar’ thé

VOULEZ VOUS PARTAGER UNE TASSE DE THÉ AVEC MOI ?

003

Pour moi boire du thé est un moment sacré ! C’est un art de vivre, un moment très précieux !

Quand il est partagé avec des amies c’est encore mieux !

046

Je choisi une belle théière dans ma bibliothèque à thés que j’ébouillante consciencieusement !

028

J’essaye d’assortir le plateau puis ma tasse !

029

J’aurai pu choisir une autre théière parmi mes trésors mais certaines sont si fragiles, et je suis si maladroite, que j’ai mes théières de service et mes théières de décorations !

032

030

031

Tiens je peux aussi opter pour de jolis oiseaux pour un Tea o’clock en black and white .

120

Enfin, je choisi un thé !

Mon choix se porte souvent sur un earl grey délicatement parfumé mais je peux aussi choisir un thé de Noël.

027

Quand l’eau frémit je la verse dans la théière qui s’est déjà imprégnée de l’esprit de mon thé que j’ai pris soin de déposer bien avant dans sa petite passoire !

Puis je m’installe confortablement, souvent sur mon lit car j’ai besoin d’être souvent allongée .

035

J’ai près de moi mon ordinateur , le livre en cours, des magazines, un carnet et un crayon, mon téléphone et … Norma bien sur ! C’est souvent un grand moment de tendresse.

002

Mais aujourd’hui j’ai un très beau livre à feuilleter !

023

041Recevoir simple et chic de notre amie Marie Paule Faure :

Vous trouverez son blog ici !

Si vous ne le connaissez pas, préparez vous aussi un thé, vous en avez pour de longues minutes délicieuses à le dévorer !

038 036 025 024

037

Je me suis régalée de ce livre pendant trois après midi, à toutes petites bouchées pour ne pas trop vite le terminer, et le savourer pleinement !

Si vous venez me rejoindre ( pas dans mon lit tout de même !) nous prendrons le thé au salon et merci d’apporter les pâtisseries !

J’aime les tartes aux fruits ( sans crème), la brioche feuilletée et les madeleines.

Ah! oui ! et aussi le cake au citron de Marks et Spencer mais si vous en faite un ce sera même meilleur !

Je vous ferez le grand jeu avec serviettes brodées et argenteries !

JE VOUS ATTENDS

La vie du bon côté

Qui sait prendre toujours la vie du bon côté ?

Qui sait apprécier les bons petits plats ?

Qui sait toujours trouver l’endroit le plus confortable ?

Qui sait disparaître et apparaître en silence comme par magie ?

Qui est un acrobate hors pair, un véritable artiste de cirque  ?

Qui dort toute la journée comme si sa vie en dépendait ?

Un chat bien sur !

Enfin un chat qui a trouvé un maître pas les pauvres à la rue !

Euh ! Pardon qui a trouvé son esclave !

IMG_1903

 

Mais aussi qui a tant d’amour à donner ?

Qui vous regarde comme si vous étiez le centre du monde ?

IMG_0696

C’était la participation de Norma à la photo du samedi chez Pat !

Oui c’est elle qui doit tout faire ici !

ob_92f8d0_sans-titre-13

De retour de Paris

Tout d’abord je voudrai vous remercier de tous vos messages concernant ma maladie, ils m’ont beaucoup émue .

Il n’a pas été simple de se dévoiler ainsi mais je ne le regrette pas quand je lis vos commentaires tous plus touchant les uns que les autres !

 

002

 

 

Vendredi dernier je prenais donc le chemin de la capitale, vêtue de gris perle, accompagnée de ma maman et de Norma . C’était une escapade entre filles quoi !

Nous avions préparé une liste impressionnante de choses à faire ! Et bien sur dans tous les coins de Paris !

Il n’a plu que quelques gouttes cette fois ci et nous avons donc pu nous promener dans les belles rues de la ville lumière .

Nous sommes allées chez Ladurée : je voulais goûter leurs thés :

 

0121

015 014

0131

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai choisi une boite verte d’earl grey et une boite noire de thé Othello aux épices .

La couleur des boites est très importante parce que j’ai plus acheté un objet de déco qu’un thé si vous voyez ce que je vous dire ?

004 003

 

 

 

 

 

 

 

012 010

 

 

 

 

 

 

 

011

 

Par contre les violettes cristallisées sont délicieuses m’a dit maman ! La prochaine fois j’irai leur demander un emballage cadeau pour ces petites gourmandises et j’aurai une autre boite et un ravissant petit sac !

Nous sommes allées chez Marks et Spencer acheter du thé ! Oui encore !

En passant j’ai salué la Grande Dame emmitouflée de gris comme moi !

0031

0041

 

 

 

 

 

 

 

0021

 

Et encore une belle boite ! Rouge cette fois ci !

Elle a tout de suite trouvé sa place dans ma bibliothèque à thés :

027

 

J’ai aussi choisi deux jolies décoration de Noël chez Flamant place Furstenberg :

028

030 029

 

 

 

 

 

 

 

 

0071

 

J’ai encore succombé à la pompomania à la Maison du roi !

009

002

 

 

 

 

 

 

 

 

Paris nous charmait de pas en pas !

0111

0061

 

 

 

 

 

 

 

022 021 020 019 018 017 016

 

Et pour finir, j’ai craqué au 40 rue Maubeuge sur un beau porte courrier Napoléon III en papier mâché pour agrandir ma collection !

013

 

 

Nous sommes reparties mardi matin des étoiles plein les yeux et avec déjà un emploi du temps chargé pour ma prochaine visite en novembre !

Nous avons rapporté mes hortensias séchés que j’avais laissés chez ma grand mère :

008 007 006 005

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je te les offre pour le bouquet du vendredi ma chère Nelly du Mas des Paillasses .

 

Le défi du 20

Et oui aujourd’hui deux post pour le prix d’un !!!

Cette fois c’est Antiblues qui nous propose un thème pour nos défis du 20 du mois :

 »

-Vous vous relevez la nuit pour vider un sac de chamallows?
-Vous faites du ménage en chantant à tue-tête du Line Renaud ?
-Vous regardez l’épisode 1 de Sissi pour la 543 eme fois?
-Vous sortez toutes vos chaussures pour les cirer
et les admirer en rang d’oignons?
-Vous faites des selfies nus que vous vous empressez d’effacer?
-Vous êtes abonnés à ces magazines qu’on lit d’une main?

Moi, vous me connaissez?
Je n’ai qu’une seule question
à vous poser dans le creux de l’oreille:
« Péchés véniels ou péchés mortels,
quels sont vos plaisirs solitaires? »

Pas facile du tout ce thème ! Surtout parce que je vois de la poésie, du romantisme dans tout et que là je séchais lamentablement .

Pour vous dire la vérité, j’ai failli tout bonnement ne pas le faire !

Mais voilà j’en ai fait deux ! Et ce que j’avoue c’est du lourd moi !!! Pas comme certain et leur petite tasse de café en solitaire !

Oh ! Bien sur je pourrais vous dire que j’adore manger des fraises Tagada, que je suis une incorrigible romantique, que j’ai la larme à l’œil facilement mais tout ça vous le savez déjà ! Et puis ce ne sont pas des péchés  (sauf pour les fraises Tagada !)

Bon allez je me lance !

 

JE SUIS UNE FILLE DE LUXE !!!

 

Hou !!! Attention je vous vois venir, surtout toi Antiblues impatient de lire nos billets et de découvrir nos faiblesses ! Je n’ai pas dit  » luxure » !

Quand je dis  » LUXE  » je vous parle d’aimer les belles choses très chères que l’on aperçoit dans les magnifiques vitrines ! Je vous parle de rêver de Haute Couture, de bijoux somptueux et de sacs de marque !

Je peux me repasser en boucle les scènes cultes de Pretty Woman !

Ah prendre l’avion pour aller écouter mon opéra préféré ( tiens La Traviata comme dans le film !)

Bon alors dites moi : combien d’entre vous n’ont jamais rêvé d’avoir une carte bleue entre les mains, si possible pas la vôtre  ( de CB ), avec aucun plafond, grossièretés à la clé comme  » banquier » ou  » budget » ou  » fin de mois difficile » Hein ? Franchement ? Aucune !

Vous vous imaginez entrer chez Chanel ou Dior ou Hermès avec ce sésame ?

Bon remarquez ça marche aussi chez Zara mais ça a moins de panache !

Donc moi oui !

 

052

048

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et avec le groom qui porte les paquets bien sur ! Jusque dans la Rolls tant qu’à faire !

jo-malone-gifting

Photo empruntée à Jo Malone

Quand je vous dis « fille de luxe » !!!

Mais j’ai qu’en même un petit bout de mon rêve chez moi.

J’ai une copine qui travaille dans les grands hôtels et c’est grâce à elle que j’ai eu ces belles boites et rubans !

003

Ceci dit : petite astuce ! Le parfum est au même prix chez Chanel, à quelques centimes d’euro près, que chez Séphora et vous avez en plus le sac et le camélia, et les échantillons : des vrais pas des tubes : les miniatures des flacons svp !

J’aime le chic du noir et du blanc.

Je rêve de ressembler à cette femme, que je trouve d’une élégance folle !

chic

Mais voilà je ne peux plus marcher avec des talons de 12 cm comme quand j’étais jeune !

A part ça c’est moi ! Oui bon, même avec 12 cm de talon, il me faudrait aussi 12 cm à mes jambes !

Je bave littéralement devant le 2.55 de Chanel ! Oui , bon, quand on parle d’élégance baver, comment dire, c’est pas très chic !

Bon, pour les non initiées le 2.55 c’est ça :

small_classic_flap-sheet.png.fashionImg.hi

Image Chanel

Je ne vous donne pas son prix ce serait indécent, et puis on rêve hein ? Le rêve est gratuit !

Ah! oui et les bijoux !

Vous vous souvenez de la main coincée dans l’écrin à bijoux ?

Dans Pretty Woman : vous suivez oui ?

Je ne rêve pas de diamants, de saphirs ou d’émeraudes ! Non moi ce que j’aime ce sont les perles !

012

Et là c’est  » Mort sur le Nil  » que je me repasse en boucle pour le bruit des perles ! Vous n’avez jamais fait attention ? Et bien vous penserez à moi la prochaine fois que vous le verrez ! Celui avec Peter Ustinoff et tous ces merveilleux acteurs !

Alors sans doute que mes goûts de luxe viennent de ma grand mère et de ma grande tante : non qu’elles s’habillaient chez les grands couturiers mais elles avaient un chic fou et elles vivaient à une époque où ON S’HABILLAIT si vous voyez ce que je veux dire ?

Elles ne sortaient jamais  » en taille « , ni sans chapeau , ni surtout sans gant !

006-001

Elles étaient belles, n’est ce pas ?

Et j’ai bien conscience , grâce à elles d’ailleurs, que le vrai LUXE ne réside pas dans les marques de luxe mais dans la capacité à apprécier les petites choses de la Vie qui nous rendent heureux !

Mea Culpa , Mea maxima culpa !

J’ai péché par envie et par gourmandise ( les fraises Tagada vous avez oublié ?) !

Lupus

Antiblues nous a proposé comme thème du 20 du mois le thème du péché.

Voici la première version que j’ai écrite avant celle plus légère du post précédent.

En y réfléchissant bien j’ai décidé de le publier aussi parce que parfois il faut  parler des choses qui font mal.

Donc parlons de nos péchés !

Je me suis dit que caches tu de toi ?

La réponse est simple : ma maladie ! Certaines le savent bien sur mais j’ai un lupus systémique : un mot barbare pour une maladie pénible qui se traduit surtout par une fatigue constante, entre autres joyeux maux !

Je ne vous écrit cela que parce qu’en lisant un texte un jour je me suis dit que peut être en parler aiderait les autres et un peu moi par la même occasion :

il est difficile de vivre avec une maladie invisible d’où mon principal  » péché  » !

JE SUIS UNE MENTEUSE INVÉTÉRÉE !

et parfois une grande comédienne : je fais comme si …

014-001

Ce texte, le voici , il est très long, j’ai essayé de le raccourcir au maximum :

« La Théorie des cuillères  » ou  » Mais vous n’avez même pas l’air malade ! »

Ma meilleure amie et moi étions sorties pour le souper et nous bavardions. (…) Nous n’étions jamais sérieuses et passions notre temps à rire et à nous amuser.Comme il était l’heure de mes médicaments (…)  Elle m’a demandé, à brûle-pourpoint, comment je me sentais avec mon Lupus et ce que ça faisait d’être malade. Ça m’a surprise. Non seulement parce qu’elle posait cette question, comme au hasard, mais surtout parce que je croyais qu’elle connaissait tout ce qu’il y avait à savoir au sujet du Lupus. Elle m’accompagnait chez le médecin, elle me voyait marcher avec une canne, elle m’avait vue vomir dans la salle de bain. Elle m’avait vue pleurer de douleur…

Qu’y avait-il de plus à savoir? (… )Je pensais qu’elle connaissait déjà la définition médicale du Lupus. Alors, elle m’a regardée avec une expression que chaque personne malade connaît trop bien, le visage de la curiosité pure au sujet de quelque chose qu’une personne bien portante ne peut vraiment comprendre. Sa vraie question était ce que je ressentais, pas physiquement, mais ce que c’était d’être moi, d’être malade.

Comme j’essayais de me composer une attitude sereine, j’ai regardé la table pour trouver de l’aide ou au moins, pour gagner du temps pour réfléchir à la réponse que je lui donnerais (…) J’ai rapidement pris toutes les cuillères qui se trouvaient sur la table… J’ai aussi pris toutes les cuillères des tables avoisinantes! Je l’ai regardée droit dans les yeux et j’ai dit : « Voici, tu as maintenant le Lupus ». Elle m’a regardée d’un drôle d’air, décontenancée, comme n’importe qui aurait pu l’être si on lui avait donné un bouquet de cuillères! (…) Je lui ai alors expliqué que la différence entre être malade et être en santé tient dans le fait de devoir faire des choix ou d’avoir constamment à penser à des choses dont les autres n’ont pas à se soucier. Les gens en bonne santé ont le luxe d’une vie sans ces choix, un cadeau que la majorité des gens tiennent pour acquis et dont ils n’ont pas conscience.La plupart des gens, particulièrement les jeunes, commencent leur journée avec une montagne de possibilités, sans s’y arrêter, et l’énergie de faire tout ce qu’ils désirent. Pour la plupart, ils n’ont pas à se soucier des effets de leurs actions (…)

Je lui ai demandé de compter ses cuillères. Elle a demandé pourquoi et je lui ai expliqué que quand on est en santé on croit avoir en sa possession une réserve éternelle de « cuillères ». Cependant, comme tu dois maintenant planifier ta journée, tu dois savoir exactement combien tu as de « cuillères » en main en partant. Et cela ne garantit pas que tu n’en perdras pas en cours de route, mais au moins, cette donnée aide à savoir où tu te situes au début de la journée. Elle a compté douze « cuillères ». Elle a ri et dit qu’elle en voulait plus. J’ai dit non et j’ai su tout de suite que ce petit jeu allait fonctionner, car elle a paru déçue, et nous n’avions même pas encore commencé.

Depuis des années, je voulais moi aussi avoir plus de « cuillères » et je n’ai toujours pas trouvé le moyen d’en avoir plus, alors pourquoi lui en aurais-je donné à elle? Je lui ai aussi conseillé de savoir en tout temps combien elle en avait et de ne pas les laisser tomber, car elle devait toujours se souvenir qu’elle avait le Lupus.Je lui ai demandé de dresser la liste de toutes ses tâches de la journée, en incluant même les plus simples. En listant les tâches quotidiennes, ou les choses amusantes à faire, je lui ai expliqué comment chacune lui coûterait une cuillère.

Alors qu’elle alla directement à la tâche de se préparer pour aller travailler comme étant sa première étape du matin, je l’ai arrêtée et lui ai retiré une cuillère. Je l’ai presque étouffée. J’ai dit : « Non! Tu ne peux pas “juste” te lever! Tu dois faire un effort pour ouvrir tes yeux et réaliser que tu es déjà en retard. Tu n’as pas bien dormi la nuit précédente. Tu dois te sortir péniblement du lit et ensuite, tu dois manger avant de faire quoi que ce soit d’autre, parce que si tu ne manges pas, tu ne pourras pas prendre tes médicaments, et si tu ne prends pas tes médicaments, tu devras alors renoncer à toutes tes “cuillères” de la journée et pour le lendemain! »Je lui ai rapidement pris une cuillère et elle a réalisé qu’elle ne s’est pas encore habillée. Prendre sa douche lui a coûté une autre cuillère (…)

Toutes ces petites choses, si tôt dans la journée, auraient facilement pu lui coûter plus qu’une cuillère, mais j’ai voulu lui donner une chance. Je ne voulais pas lui faire peur trop rapidement. S’habiller lui a coûté une autre cuillère. Je l’ai arrêtée et ai divisé toutes les autres tâches pour lui démonter qu’on doit s’attarder à chaque petit détail de la vie. Tu ne peux pas simplement mettre n’importe quel vêtement quand tu es malade. Je lui ai expliqué que je dois choisir mes vêtements en fonction de mon état : si mes mains sont douloureuses aujourd’hui, je ne porterai pas quelque chose qui a des boutons. Si j’ai des ecchymoses sur les bras, je porterai des manches longues (… )

Ensuite, j’ai expliqué à mon amie qu’elle devait maintenant choisir les activités du reste de sa journée avec parcimonie, car lorsque les « cuillères » ont disparu, elles ne reviennent pas! Il arrive qu’on puisse emprunter les cuillères du lendemain… mais il faut penser combien demain sera difficile, car il y aura encore moins de « cuillères ». Je devais aussi lui expliquer qu’une personne malade vit toujours avec cette pensée que le lendemain pourrait apporter un rhume ou une infection, ou nombre de choses potentiellement dangereuses pour elle. Alors, on ne veut pas être à court de « cuillères », parce qu’on ne sait pas quand on en aura vraiment besoin (…)

Nous avons poursuivi avec le reste de la journée et elle a lentement appris que sauter un repas lui coûtera une cuillère, tout comme rester debout dans le train, ou même travailler trop longtemps à l’ordinateur sans pause. Elle a été forcée de faire des choix et de voir les choses différemment  Ensuite, je lui ai dit qu’il était maintenant 19 h seulement… et qu’elle avait le reste de la soirée, avec sa « cuillère », qu’elle pouvait faire quelque chose de plaisant, ou faire le ménage de son appartement, ou autre chose, mais qu’elle ne pouvait pas tout faire.

Mon amie exprime rarement ses émotions. Alors, lorsque j’ai vu à quel point elle était bouleversée, j’ai compris qu’à son tour elle avait compris. Je ne voulais pas la troubler, mais j’étais heureuse de penser que peut-être, finalement, quelqu’un me comprenait un peu. Elle avait des larmes dans les yeux quand elle m’a demandé doucement : « Christine, comment fais-tu? Fais-tu vraiment ça tous les jours? » J’ai expliqué que certains jours étaient pires que d’autres, et que certains jours, j’avais plus de « cuillères » que d’autres. Mais ça ne disparaîtra jamais et je ne peux pas vivre sans y penser.

Je lui ai tendu une cuillère que j’avais gardée en réserve. Je lui ai dit simplement : « J’ai appris à vivre ma vie en tentant d’avoir une “cuillère” supplémentaire dans ma poche, en réserve. Il faut toujours être prêt. » (… ) Je voulais qu’elle comprenne que tout ce que les autres font est facile, mais que pour moi, chaque chose est divisée en une multitude de petites tâches à accomplir. Je dois penser à la météo, à ma température, et la journée entière doit être planifiée avant même que je puisse attaquer la moindre tâche. Alors que les autres personnes peuvent faire les choses simplement, je dois attaquer et faire un plan, comme si j’étais une stratège planifiant une guerre. C’est dans cette façon de vivre que réside la différence entre être malade et être en santé.

Il y a cette belle habileté de ne pas avoir à penser et pouvoir agir. Je m’ennuie de cette liberté. Je m’ennuie de ne pas avoir à compter mes « cuillères ».Ensuite, nous avons parlé de nos émotions et nous en avons discuté encore un peu. Et j’ai senti qu’elle était triste. Peut-être avait-elle vraiment compris? Peut-être avait-elle réalisé qu’elle ne pourrait jamais dire honnêtement qu’elle comprenait vraiment? Au moins maintenant, peut-être qu’elle ne se plaindrait plus lorsque je ne pouvais pas sortir le soir, ou parce que je n’allais jamais chez elle et qu’elle devait toujours venir chez moi. Je lui ai fait un câlin et nous sommes sorties du restaurant.

Il me restait cette cuillère dans ma main et je lui ai dit : « Ne t’en fais pas. Je vois ceci comme une bénédiction. Je suis forcée de penser à tout ce que je fais. Sais-tu combien de “cuillères” les gens gaspillent chaque jour? Dans ma vie, il n’y a pas de place pour du temps perdu, pour des “cuillères” gaspillées et j’ai choisi de passer ce temps avec toi.  »

 

034

 

Je vous ai fait découvrir ce texte pour vous faire comprendre combien il faut savoir apprécier chaque petite chose de la Vie et ça s’arrête là je n’en reparlerai plus . Je ne veux pas être plainte ça ne me sert à rien.

Pour ma part, j’essaye de voir de la beauté et de la poésie dans toutes choses …

121

 

 

Et comme je vois toujours de l’humour dans tout j’ai décidé de vous montrer mes cuillères, parce que certes ma vie se compte en cuillères mais tant qu’à faire qu’elles soient jolies !

005-001

004 003 001

 

Je ne suis pas sur que c’est ce que cherchait notre ami Antiblues en donnant ce thème !

Paris en gris

Non je ne parle pas de la météo à Paris !

Parlons MODE !!!

Hier j’ai trouvé un ravissant petit manteau chez Zara !

Entre parenthèses,  j’en ai fait trois pour trouver ma taille ! Et pourtant je fais un 38 ! Et bien pas chez eux ! Chez eux je fais un L voir un XL !

Bref mon manteau que voici , que voilà :

004

 

Après avoir passé une inspection générale très poussée :

001 005 002 006

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai pu ouvrir mes placards et mes tiroirs et sortir tout ce que j’ai en gris perle !

Oui, car mon weekend parisien sera donc gris perle de la couleur du manteau !

014 013 012 011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après une seconde inspection,  :

016 015

 

 

 

 

 

 

 

 

Je peux choisir des bijoux et des écharpes !

018 017 010 009 008

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

007

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis je décide de prendre mon étui à cigarettes!

Non je ne fume pas mais il est idéal pour y glisser un joli carnet !

019

020

 

 

 

 

 

 

 

 

Il ne me reste plus qu’à faire ma valise ! Et celle de Norma !