Des doigts de fée

Et non ce n’est pas de moi dont il s’agit !

Il y a longtemps que je suis émerveillée par les créations de Corinne Bernizet Serrano de la boutique Baucis et Philémon qu’il faut aller découvrir ici .

J’ai longtemps rêvé devant ses fleurs de dentelles et ses œufs de Pâques en dentelle !

J’ai attendu patiemment les nouvelles créations et j’ai choisi un ravissant gilet taille enfant monté sur papier mâché avec ses petites chaussures assorties ( que Corinne a eu la gentillesse de refaire pour moi ) et une autre paire de chaussons mauves .

N’hésitez pas à aller admirer ce qu’elle fait et à retourner de temps en temps la voir sur sa boutique internet pour ne pas rater une vente !

Place aux photos !!!

J’ai reçu le colis et je l’ai ouvert comme un paquet cadeau !

001

002

001

 

 

 

 

 

 

 

006004 005

 

Puis j’ai fait des essais de décoration :

01464ee83e6768fcf8f4a5c26610f5ed9bcf9e36b7

010e82cba0d94d1b081a7efcf98d2c0979e11a33f2

01df7471f742e8d73f186155956014ac8e27f70c5b

 

 

 

 

 

 

 

01f9afe93b2ebe1c7787f16c05c2a3803d0c07b581

 

J’ai placé l’ensemble vert dans ma chambre en face de mon lit pour en profiter le plus possible :

01d1915fb5efa8097e785d1a54cfc4adde4c23f463

012b87c5ae29f7ef9afbd28d65b3f6776609d95ecd

010 008 007

01f440cb75f1b6e300a4929965625f53726e67afc8 01f45a10209b9be2411089173ce8752b1434323b33

01c2260661aad00d6c98c95cfe23c8e5612e707606 01c4c6bdf5d37e16d550bcfd1eb1d5f27de1fe9713 01b019cf25161b75c2dd23ff3a334798f5bec5a59d 01a347b22540ba9c7c469a6427795a31a53e6e105a 01a7be654fa02c2501b27fd1520a61e943fc19b327

 

Maintenant il faut trouver un globe pour protéger ces merveilles :

01c772ca2a62d6ec0b3e7c92f3bb69cdd2cd881383

01101af7ca3ad6f6593b306b1a5cfc061f2ab61fe1

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce petit garçon aurait pu porter cette tenue :

019f2247ebf3bb887f580e368cad62e3c417e18f5b

J’ai bien un globe beaucoup plus grand mais il est déjà bien occupé !

015a944903fd538cc8c247632fc8f80aa4719f38c9

 

J’ai quand même avancé dans mes encadrements : vous vous souvenez quand j’ai installé les cadres vides ?

001-001

 

Et bien voici les encadrements terminés !

010a68824a37188fca62565b7aa45cd55c2a4cf81e

012ebe3eaf1cb4c56c07c6f89a523c361968bc3a08

01fead7d09463b0155de8ada6137b388dd31849702

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je ne vous les montre pas de trop près ! Mon prof d’encadrement me lit et je ne suis pas super satisfaite du résultat ! Et bien quand on ne pratique plus beaucoup on perd en précision : mes angles ne sont pas parfaits ! Mais chut !!!

Maintenant il me reste à faire deux petits encadrements avec ces jolies gravures de perruques :

0169fb48ec81f3f9f99e268c208a02baf8648299a2

 

Je les mettrai sans doute à côté de mon gilet :

012b87c5ae29f7ef9afbd28d65b3f6776609d95ecd

 

JE VOUS SOUHAITE UN BON WEEKEND 

 

 

 

 

 

 

 

bbb

Une brassée de lilas blanc et de poésie

Printemps printemps c’est toi
Qu’on guette dans les bois
Où les amants heureux
Vont s’en aller par deux
C’est toi qui feras se pâmer tendrement
celle que j’aime éperdument
Printemps j’attends pour la tenir dans mes bras
La complicité des lilas

Quand refleuriront les lilas blancs
On se redira des mots troublants
Les femmes conquises
Feront sous l’emprise
Du printemps qui grise
Des bêtises

Quand refleuriront les lilas blancs
On écoutera tous les serments
Car l’amour en fête
Tournera les têtes
Quand refleuriront les lilas blancs

Le doux parfum des fleurs
Embaumera nos cours
Et nous serons ravis
par la chanson des nids
J’aurai sa jeunesse et mes plus beaux baisers
Sur sa bouche iront se poser
Un brin de lilas rappelant ce beau jour
Sera notre gage d’amour

Quand refleuriront les lilas blancs
On se redira des mots troublants
Les femmes conquises
Feront sous l’emprise
Du printemps qui grise
Des bêtises

Quand refleuriront les lilas blancs
On écoutera de faux serments
Sans qu’on se souvienne
Des amours anciennes
Quand refleuriront les lilas blancs

Découverte par hasard sur le net cette chanson interprétée par Tino Rossi, illustre parfaitement mon billet !

J’ai eu la chance de chiner cette semaine une branche de lilas blanc en tissu : une petite merveille de délicatesse belle comme un poème !.

009 011 012 013 014 015 016 017 019 020 021 022

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Entre ombre et lumière

Lylou nous propose de nouveau un très joli thème pour ce mois de décembre :

Les bougeoirs et chandeliers

Ces objets du quotidien de nos ancêtres me plaisent beaucoup :

003 016 017 018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai une tendresse particulière pour les candélabres et les lustres d’église :

006 012 010

 

 

Les piques cierges font partie de ma liste d’objets à chiner !

Et puis qui dit bougeoirs dit bougies et donc lumière!

J’aime ces jeux d’ombre et de lumière que peuvent faire les flammes surtout quand elles sont reflétées par des cristaux !

015

011 010 009 007 005

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

029 028 027

 

 

Les miroirs participent aussi à la magie :

036

 

Et Noël est une merveilleuse époque pour allumer de nombreuses petites lumières !

037

026 025 024 023 022 018

 

JE VOUS SOUHAITE UNE BELLE SEMAINE

PLEIN DE BISOUS

004

 

 

Jardins secrets

La première fois où j’ai visité mon futur appartement j’ai entre aperçu une pancarte :

018

 

Vous me connaissez bien maintenant et vous savez que j’aime les mots et que j’ai l’âme romantique .

Ce matin je suis donc allée me promener du côté de ces jardins secrets pour essayer de les apercevoir parce que ces mots m’ont plu mais aussi parce leur site  Hôtel Jardins secrets et leur page FB m’ont donné envie de les découvrir :

jardins secrets

 

page Fb hôtel jardin secret

Comment peut on résister ?

De la rue on ne voit rien et c’est bien normal pour des jardins secrets, non ?

012

015 014

013

En prenant mes photos j’ai vu une petite soubrette avec robe noire, tablier blanc à volants et coiffe parfaitement amidonnée, accompagner un client tout aussi émerveillé que moi ! Elle m’a souri mais je n’ai pas oser la prendre en photo !

En m’en allant je regarde le magnifique hôtel particulier de l’autre côté de la rue et là je n’en crois pas mes yeux ! C’est chez moi !

017

002

011 010 009 008 007 006

002

Mais si je vous assure !

001

004

005

Vous voyez bien !

J’aimerai être une petite souris pour découvrir ces endroits de l’intérieur !

Et pour rester dans le ton voici mes dernières trouvailles chez Emmaüs :

024 021 020 019

023

Pour finir j’ai trouvé un très joli poème que je vous fais découvrir :

Le jardin secret

Le savais-tu ma belle amie,
je suis ton jardin affectif,
Ton jardin qui est, et restera discret,
ô ma déesse d’amitié
Mais, qui chaque jour sera plus productif,
et plus accueillant

Dans ton jardin, il y pousse des émotions,
des sentiments merveilleux.
Constamment, tu dégusteras de succulents fruits d’amitié,
Oh oui! Tu seras rassasiée! Tel est mon vœu suprême,
Mais, tendre âme féminine,
ne cesse jamais de l’arroser,
Ton jardin, ô toi ma belle amie de cœur,
Te rendra plus heureuse que tu ne l’avais été,
Car, il tiendra compte de tes sentiments intérieurs profonds
Ceux de ton cœur tendre, et fragile, ô belle déesse.

Je suis ton merveilleux jardin affectif,
Ton jardin produira des fruits hors du commun,
Si tu l’arroses, et que tu le soigne par des mots amicaux,
Si tu l’engraisse de ta grande tendresse,
ta succulente sagesse.
De ton divin, charmant, et constant passage.

Ton jardin voudra constamment de ton sourire mon amie
De ton sourire angélique, magique, et transformateur,
De tes mots mielleux, et chauds comme le soleil,
Ton jardin, ma déesse d’amitié,
te commanderas, avec dignité
Te commanderas d’accomplir,
avec respect, ce qui te rendra
Donc, plus exquise, plus amicale,
et plus convoitée.

Ton jardin, en l’arrosant,
Et en le visitant régulièrement,
Te permettra de récolter beaucoup de fruits,
Des fruits exquis,
et d’une amitié sans pareille,
Oui! Des délices auxquels tu n’avais
jamais imaginés,
Ni pensés,
encore plus, espérés.

Je suis ton jardin discret,
mais certain,
Ce jardin te rendra plus belle,
Plus détendue,
Plus confiante, et plus sereine,
Car, ma tendre, et douce amie,
Dans ton jardin,
sera arrosé d’une eau spéciale.

L’eau de ma tendresse pure
Comme les larmes de tes yeux,
L’eau magique de mon amitié profonde,
et sincère,
L’eau de mes caresses,
et de mes mots les plus respectueux,

Chantal Toulmond

Pour notre amie Nelly voici un mur de jasmin tout près de mes jardins secrets :

016

La vie en rose

J’ai été absente quelques jours à cause d’une vilaine sciatique qui me quitte à peine, et de quelques allers retours à Nîmes avec des cartons ( que je n’ai pas portés je vous rassure) ainsi que certains meubles .

Ce matin, j’ai trouvé des roses au jardin : des roses de la couleur que j’aime tant : un rose très pâle qui transforme les pétales en porcelaine .

Je vous les offre :

015 014 013 012 011 010 009

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Leur parfum est enivrant : les pétales tombés embaument toute la véranda !

027 026 025 023 021

 

Un bien joli mariage que celui d’un cadre ancien ou d’une petite table en marqueterie et de quelques roses !

032 031 029 028

 

 

 

BON APRES MIDI A TOUS 

 

 

Dimanche

 

J’ai profité de mon dimanche pour réunir trois chines : un cadre, un portrait et une lettre ancienne :

002-001

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’aime bien le dimanche soir et je finis cette journée en poésie :

DIMANCHE

 

Entre les rangées d’arbres de l’avenue des Gobelins
Une statue de marbre me conduit par la main
Aujourd’hui c’est dimanche les cinémas sont pleins
Les oiseaux dans les branches regardent les humains
Et la statue m’embrasse mais personne ne nous voit
Sauf un enfant aveugle qui nous montre du doigt.

 

Jacques Prévert

 

JE VOUS SOUHAITE UN BON DIMANCHE SOIR 

001-001

 

Instants d’automne

 

Pour notre amie du Chat Bleu voici mon instant de septembre pour le premier jour de l’Automne, l’une des saisons que je préfère pour ses couleurs et ce matin pour sa douceur :

 

Le Luxembourg.

Au Luxembourg souvent, lorsque dans les allées
Gazouillaient des moineaux les joyeuses volées,
Qu’aux baisers d’un vent doux, sous les abîmes bleus
D’un ciel tiède et riant, les orangers frileux
Hasardaient leurs rameaux parfumés, et qu’en gerbes
Les fleurs pendaient du front des marronniers superbes,
Toute petite fille, elle allait du beau temps
À son aise jouir et folâtrer longtemps,
Longtemps, car elle aimait à l’ombre des feuillages
Fouler le sable d’or, chercher des coquillages,
Admirer du jet d’eau l’arc au reflet changeant
Et le poisson de pourpre, hôte d’une eau d’argent ;
Ou bien encor partir, folle et légère tête,
Et, trompant les regards de sa mère inquiète,
Au risque de brunir un teint frais et vermeil,
Livrer sa joue en fleur aux baisers du soleil !

Théophile Gautier

008

001

007 006 005 004 003 002

 

L’automne

On voit tout le temps, en automne
Quelque chose qui vous étonne,
C’est une branche tout à coup,
Qui s’effeuille dans votre cou ;
C’est un petit arbre tout rouge,

Un, d’une autre couleur encor,
Et puis partout, ces feuilles d’or
Qui tombent sans que rien ne bouge.

Nous aimons bien cette saison,
Mais la nuit si tôt va descendre !
Retournons vite à la maison
Rôtir nos marrons dans la cendre.

Lucie Delarue-Mardrus

L’automne est déjà plus avancé à Vincennes qu’à Paris :

010 009-001 008-001 007-001 006-001 005-001

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est très difficile de trouver un poème sur l’Automne qui ne soit pas triste !

J’ai trouvé ce magnifique texte :

Septembre

A la fin de septembre les étoiles refroidissent et il y a dans le pré une odeur de pommes trop mûres.
J’aimerais que la mer qui voyage sans cesse m’écrive une lettre de sel très blanc avec juste une ombre de mélancolie où elle me parlerait de pays très lointains et de rivages verts, une lettre pour l’automne. Nous la lirions sous la lampe parce que les journées raccourcissent au moment des vendanges et que l’océan est loin malgré le vent qui nous en parle.
J’ai monté les bûches et le petit bois pour allumer du feu et je regarderai la flamme danser sur tes pommettes.

Claude Roy

Bien sur nous avons l’inoubliable :

Chanson d’automne

Les sanglots longs
Des violons
De l’automne
Blessent mon coeur
D’une langueur
Monotone.

Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l’heure,
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure

Et je m’en vais
Au vent mauvais
Qui m’emporte
Deçà, delà,
Pareil à la
Feuille morte.

Paul Verlaine

Pourtant l’automne ménage encore des surprises avec les orangers du Luxembourg :

009

BEAU PREMIER DIMANCHE D’AUTOMNE A TOUS

PROFITEZ DU BEAU TEMPS !

 

 

Histoire de roses

 

Avec un petit clin d’oeil à Cathy dont j’ai emprunté le titre de blog voici l’histoire de trois jolies roses au jardin de Maman qui vécurent l’espace de quatre journées :

Mignonne, allons voir si la rose

A Cassandre

Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avoit desclose
Sa robe de pourpre au Soleil,
A point perdu ceste vesprée
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vostre pareil.

 

Voici l’histoire de mes roses en images :

Le premier jour au matin : Récemment mis à jour95

L’après midi : Récemment mis à jour96

Le second jour au matin : Récemment mis à jour97

L’après midi : Récemment mis à jour98

La troisième journée au matin : Récemment mis à jour99

L’après midi :

Récemment mis à jour100

 

Las ! voyez comme en peu d’espace,
Mignonne, elle a dessus la place
Las ! las ses beautez laissé cheoir !
Ô vrayment marastre Nature,
Puis qu’une telle fleur ne dure
Que du matin jusques au soir !

Le quatrième jour au matin : Récemment mis à jour101

L’après midi : Récemment mis à jour102

Je n’ai pas vu les pétales tomber mais quand j’ai quitté le Midi d’autres boutons étaient déjà sur le point d’éclore : un éternel recommencement …

Donc, si vous me croyez, mignonne,
Tandis que vostre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez vostre jeunesse :
Comme à ceste fleur la vieillesse
Fera ternir vostre beauté.

J’espère que mon histoire vous a plu et je vous souhaite une très jolie journée.

Récemment mis à jour103

Poésie du samedi

 

Je suis de retour ! ! !

 

Tout d’abord voici ma photo du samedi pour Amartia :

logo amartia

021

Rose Sherlock Holmes

dans le jardin de maman en Provence

Maintenant une petite :

005

Notre amie Florence du joli blog L’oeil et la main nous propose avec ses fidèles participantes un défi tous les 20 de chaque mois et ce mois ci le thème choisi est la poésie !

Je relève donc ce défi qui me plait beaucoup vous vous en doutez bien.

Je découvre de la poésie dans chaque moment de la Vie : dans un bouton de rose,

038

dans un champ de coquelicots,

127dans une couverture de livre ancien,

115

dans un objet du passé,

030

dans le sourire d’un enfant, même de plâtre …

003dans la magie des mots …

J’essaye de glisser des instants de poésie dans mes mises en scéne :

0082

074

 

 

 

 

 

 

 

021047

 

 

 

 

 

 

 

019

010

 

 

 

 

 

 

 

 

024

028-001

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans une rose bien sur :

034

014

 

 

 

 

 

 

 

 

119 108

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais ce que je trouve très poétique ce sont des bancs, des chaises vides dans un paysage alors là mon esprit s’envole et je rêve …

0142

035

 

 

 

 

 

 

 

 

033

Le banc de pierre

Au fond du parc, dans une ombre indécise,
Il est un banc, solitaire et moussu,
Où l’on croit voir la Rêverie assise,
Triste et songeant à quelque amour déçu.
Le Souvenir dans les arbres murmure,
Se racontant les bonheurs expiés ;
Et, comme un pleur, de la grêle ramure
Une feuille tombe à vos pieds.

Ils venaient là, beau couple qui s’enlace,
Aux yeux jaloux tous deux se dérobant,
Et réveillaient, pour s’asseoir à sa place,
Le clair de lune endormi sur le banc.
Ce qu’ils disaient, la maîtresse l’oublie ;
Mais l’amoureux, cœur blessé, s’en souvient,
Et dans le bois, avec mélancolie,
Au rendez-vous, tout seul, revient.

Pour l’œil qui sait voir les larmes des choses,
Ce banc désert regrette le passé,
Les longs baisers et le bouquet de roses
Comme un signal à son angle placé.
Sur lui la branche à l’abandon retombe,
La mousse est jaune, et la fleur sans parfum ;
Sa pierre grise a l’aspect de la tombe
Qui recouvre l’Amour défunt !…

 

Théophile Gautier

045

Certaines phrases me touchent sans que je sache vraiment pourquoi : la magie des mots sans doute, une alchimie qui me parle :

« Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant » Verlaine

« elle a l’inflexion des voix chères qui se sont tues. » Verlaine

et bien sur les mots tracés à la plume ont pour moi un attrait poétique irrésistible :

005

 

 

 

Pour finir ce joli billet poétique voici un très beau poéme de mon auteur favori : j’ai nommé Théophile Gautier

ADIEU A LA POÉSIE

 

Adieux à la poésie

Allons, ange déchu, ferme ton aile rose ;
Ôte ta robe blanche et tes beaux rayons d’or ;
Il faut, du haut des cieux où tendait ton essor,
Filer comme une étoile, et tomber dans la prose.

Il faut que sur le sol ton pied d’oiseau se pose.
Marche au lieu de voler : il n’est pas temps encor ;
Renferme dans ton coeur l’harmonieux trésor ;
Que ta harpe un moment se détende et repose.

Ô pauvre enfant du ciel, tu chanterais en vain
Ils ne comprendraient pas ton langage divin ;
À tes plus doux accords leur oreille est fermée !

Mais, avant de partir, mon bel ange à l’oeil bleu,
Va trouver de ma part ma pâle bien-aimée,
Et pose sur son front un long baiser d’adieu !

 

Avec plaisir et poésie, ayez de jolis rêves : ils se réalisent !

Sophie

 044

 AIMEZ VOUS LA POÉSIE ?

 

Soleil couchant

011

Une aube affaiblie
Verse par les champs
La mélancolie
Des soleils couchants.
La mélancolie
Berce de doux chants
Mon coeur qui s’oublie
Aux soleils couchants.
Et d’étranges rêves
Comme des soleils
Couchants sur les grèves,
Fantômes vermeils,
Défilent sans trêves,
Défilent, pareils
À des grands soleils
Couchants sur les grèves.

 

Paul Verlaine (Poèmes saturniens)

016 015 014 013 012 010 009

 

Soleils couchants

Le soleil s’est couché ce soir dans les nuées;
Demain viendra l’orage, et le soir, et la nuit ;
Puis l’aube, et ses clartés de vapeurs obstruées ;
Puis les nuits, puis les jours, pas du temps qui s’enfuit !Tous ces jours passeront ; ils passeront en foule
Sur la face des mers, sur la face des monts,
Sur les fleuves d’argent, sur les forêts où roule
Comme un hymne confus des morts que nous aimons.

Et la face des eaux, et le front des montagnes,
Ridés et non vieillis, et les bois toujours verts
S’iront rajeunissant ; le fleuve des campagnes
Prendra sans cesse aux monts le flot qu’il donne aux mers.

Mais moi, sous chaque jour courbant plus bas ma tête,
Je passe, et, refroidi sous ce soleil joyeux,
Je m’en irai bientôt, au milieu de la fête,
Sans que rien manque au monde immense et radieux !

Victor Hugo, Les Feuilles d’Automne

 

Je quitte les soleils couchants du Midi demain pour retrouver mon petit cocon !

A très vite.

 BELLE NUIT A TOUS