Un ange d’ivoire

 

Il y a quelques temps déjà en flânant sur le magnifique blog Rose & Gris j’ai découvert une tête d’ange et une croix joliment encadrés.

ange ivoire

 

Photo du blog Rose & Gris

Ces deux objets font aussi partis de mes trésors, ils étaient aussi sur mon berceau comme l’explique très bien Catherine et je voulais leur donner un écrin digne de leur beauté.

Récemment mis à jour109

Pour la tête d’ange, j’ai choisi deux cadres en bois doré que j’ai encastré l’un d’en l’autre. Maman avait chiné dans son village cette très jolie impression de passe partout que j’ai placé en fond. J’ai cousu l’ange puis un nœud de dentelle et enfin j’ai ajouté cette jolie initiale au centre de l’anneau d’ivoire :

 012

 

  015 014013

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’aime beaucoup le résultat et vous ?

Pour la croix je cherche une idée car elle est très volumineuse et je pense qu’elle nécessitera un boîtage, n’est ce pas Marie Françoise ?

009

010

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je n’ai plus qu’à chiner un beau cadre ancien  …

 

015

 

Rêve de dentelles

Aujourd’hui pour notre papotage du premier du mois chez Patricia du blog Chemin de tables et de photos :

entree libre22

 

J’ai eu envie de vous montrer une très belle collection.

Un jour Ghislaine notre Dame aux roses m’a demandé de lui montrer la collection de dentelles de Maman : elle chine des robes de baptême anciennes et de jolis bavoirs brodés.

J’ai donc pensé à faire des photos lors de mon dernier séjour provençal :

089

090

 

 

 

 

 

 

 

 

095 097

 

 

 

 

 

 

 

 

112 113

 

 

 

 

 

 

 

 

098 096

 

 

 

 

 

 

 

 

088 093 091

 

 

 

 

 

 

 

101

 

 

 

 

 

 

 

 

111 107 106 105 104

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

087

 

 

 

 

 

 

 

 

La collection de bavoirs anciens :

135 134 133 132 131 130 129 128 127 124 123 122 121 120 119 118 117

 

Je trouve toutes ces dentelles émouvantes : elles ont chacune leur vie à raconter ou à inventer …

Pour ma part je collectionne les dentelles que je peux porter comme ce ravissant châle chiné chez Emmaüs que je vais porter en écharpe avec beaucoup de respect pour la jeune fille qui l’a brodé pour son trousseau !

J’aime faire vivre mon linge ancien pour qu’il ne reste pas tristement dans une armoire même ancienne !

Je chine aussi pour vous : retrouvez mes dentelles chez Des Ailes de Papier : ICI

2012-09-23

Je vous laisse avec ce très beau livre chiné à Sommières cet été :

109

108

 

Et puis j’ai eu le bonheur de chiner  récemment une boite de baptême avec une très belle illustration que je vais offrir à Maman :

006

 

Je vous souhaite de belles chines 

008

 

Mes objets de coeur

 

Lylou du blog Lylouanne Collection nous propose un très beau thème pour sa ronde de septembre : nos objets de cœur mis en scéne !

Ce thème me ravit parce que je pense sincèrement que les objets qui m’entourent ont une âme, une histoire et une vie passée que l’on m’a confiée.

Je vous parlerai d’abord de ce joli châle ancien délicatement brodé que j’ai chiné cet été chez Emmaus à Montpellier : je ne sais pas pourquoi mais ce châle m’émeut particulièrement : 003 Peut être parce que je lisais au même moment un très beau livre sur Marie Antoinette et que ce châle me rappelle ce tableau de Madame Vigée Lebrun : 22172442   Et si l’une des femmes qui ont envahi les appartements de la Reine la nuit du 6 octobre 1789 avait dérobé ce petit morceau d’étoffe en souvenir de la Victoire ou par admiration secrète. De siècle en siècle le châle aurait été précieusement conservé avant d’être oublié dans une vieille armoire …

Belle imagination sans doute, je vous l’accorde mais sans rêve …

Je vais porter ce châle comme une écharpe avec un gilet d’homme, un chemisier aux manches de dentelle et une petite montre à gousset de femme appartenant à ma grand mère :

029

030

 

 

 

 

 

 

 


006
005 004                               015 014 012 009

 

 

J’aime mélanger les styles, en particulier le féminin et le masculin avec ces gilets de costumes sur des dentelles ou un panama avec une robe de lin . Je rêve d’une redingote d’homme du XIXème siècle !

Mon second objet est un face à main acheté il y a quelques temps déjà :

022

Il est abîmé et cassé mais je l’aime tel quel avec ses blessures du Temps :

021 018

020 019-001

Je le porte comme un pendentif avec une chaîne de montre à gousset ancienne que j’ai rallongé pour en faire un collier :

023

028 025 024

026

Je pourrai vous parler de tous mes objets avec amour en leur inventant à chacun une histoire mais justement ceci est une autre histoire pour un autre billet, une autre ronde, un autre thème, un autre jour …

034

Papotons

 

C’est le premier du mois et le retour de notre rendez vous papotage chez Pat du blog Chemin de tables et de photos.

 

entree libre22

 

 

Comme c’est la rentrée je vous propose une petite visite guidée dans une école mais pas n’importe laquelle!

Maman a transformé son entrée en salle de classe du Temps Jadis !

O VIEILLE ÉCOLE

Au cœur de mon vieux village,
Il est un grand toit bleu et gris
Où viennent les tout-petits
Abriter leur compagnonnage:

Il y a là des bancs où je me suis assis,
Et sur les vitres où se penchent les feuillages,
L’ombre folâtre
Des songes que j’ai bâtis
Quand j’ai commencé, un peu ivre,
De mettre le nez dans les livres.

Au cœur de mon vieux village,
Il est un toit bleu et gris
Où s’en vont les tout-petits
Apprendre à déchiffrer l’univers page à page.

Ô vieille école solitaire,
Il me semble qu’un grand mystère
Habite en toi, dont chaque vitre au jour sourit
Et que de clairs oiseaux font palpiter leurs ailes
Entre tes murs, ainsi que dans un nid
D’où jailliraient des étincelles
Vers l’infini.

Philéas LEBESQUE (1859 – 1958)

 

Maintenant suivez moi pour la visite chez Maman !

070

085

071-001

 

L’ÉCOLE

L’école était au bord du monde,
L’école était au bord du temps.
Au dedans, c’était plein de rondes ;
Au dehors, plein de pigeons blancs.

On y racontait des histoires
Si merveilleuses qu’aujourd’hui,
Dès que je commence à y croire,
Je ne sais plus bien où j’en suis.

Des fleurs y grimpaient aux fenêtres
Comme on n’en trouve nulle part,
Et, dans la cour gonflée de hêtres,
Il pleuvait de l’or en miroirs.

Sur les tableaux d’un noir profond,
Voguaient de grandes majuscules
Où, de l’aube au soir, nous glissions
Vers de nouvelles péninsules.

L’école était au bord du monde,
L’école était au bord du temps.
Ah ! que ne suis-je encor dedans
Pour voir, au dehors, les colombes !

Maurice CARÊME (1899 – 1978)

 

 

Quelques jolis détails patiemment chinés ou ressortis des tiroirs familiaux  :

082

081-001

076

 

 

 

 

 

 

 

 

079

072

 

 

 

 

 

 

 

 

081-001

080

 

 

 

 

 

 

 

 

078

 

LITANIE DES ÉCOLIERS

Saint-Anatole,
Que légers soient les jours d’école !
Saint Amalfait,
Ah ! Que nos devoirs soient bien faits !

Sainte Cordule,
N’oubliez ni point ni virgule.
Saint Nicodème,
Donnez-nous la clef des problèmes

Sainte Tirelire,
Que Grammaire nous fasse rire !
Saint-Siméon,
Allongez les récréations !

Saint Espongien,
Effacez tous les mauvais points.
Sainte Clémence,
Que viennent vite les vacances !
Sainte Marie,
Faites qu’elles soient infinies !

Maurice CARÊME (1899 – 1978)

 

Et bien sur les élèves sont là :

073

083-001

 

 

 

 

 

 

 

 

L’ÉCOLIÈRE

Bon Dieu ! que de choses à faire !
Enlève tes souliers crottés,
Pends donc ton écharpe au vestiaire,
Lave tes mains pour le goûter,

Revois tes règles de grammaire,
Ton problème, est-il résolu ?
Et la carte de l’Angleterre,
Dis, quand la dessineras-tu ?

Aurai-je le temps de bercer
Un tout petit peu ma poupée,
De rêver, assise par terre,
Devant mes châteaux de nuées ?
Bon Dieu ! que de choses à faire !

Maurice CARÊME (1899 – 1978)

 

 

075

 

C’est pour cette petite école de campagne que j’avais réalisé mon encadrement en forme de boite avec une salle de classe :

 

053

 

Alors vous aimez l’école de Maman ?

 

Je souhaite une jolie rentrée à tous nos écoliers et à vous si vous reprenez le chemin du travail demain!

 

014-001

Une jolie carte à découvrir dans ma boutique : juste un petit clic et vous y êtes ! ICI

 

Souvenirs en bouteille

Le mois de juillet débute sa course et le temps file à tire d’ailes …

Pour le plaisir j’ai voulu refaire une mise en scéne autour de la ronde des bouteilles de Lylou :

001

 

005

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

011 010 009 008 007 006

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’espère que cela vous a plu moi j’ai bien aimé le faire !

 

 

« Si seulement on pouvait inventer quelque chose, dis-je vivement, qui conserve un souvenir dans un flacon, comme un parfum, et qui ne s’évapore, ne s’affadisse jamais. Quand on en aurait envie, on pourrait déboucher le flacon et on revivrait l’instant passé »

Daphné Du Maurier. Rebecca

 

 008-001

 

 

Une belle histoire

 

Il était une fois …

une petite fille qui lisait les belles histoires de Sophie Rostopchine et de son Général Dourakine au pays de ses ancêtres :

 

et qui rêvait des héroïnes des romans de Tolstoï comme Anna Karénine :

 

devenue grande elle a gardé ses rêves …

et puis, un jour, après avoir confié son voeux  sur son blog d’avoir un samovar, elle a reçu un merveilleux cadeau : un message d’une amie rencontrée une seule fois offrant cet objet rêvé …

Alors une jolie rencontre a eu lieu avec Camille ( blog : le jardin de Camille) devant un feu de bois et une tasse de thé après une visite inoubliable de son magnifique jardin du paradis, j’ai rapporté mon samovar à la maison.

Aujourd’hui je partage avec vous ce rêve devenu réalité :

 

Comme vous commencez à bien me connaitre vous vous doutez bien que j’ai fait quelques mises en scènes avec ce samovar :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et puis j’ai refait une mise en scène de Noël auprès de ce nouvel objet qui m’émeut beaucoup :

 

j’ai eu la chance de chiner il y a quelques jours des partitions de musiques dans lesquelles j’ai eu la surprise de découvrir « une chanson russe » que j’ai intégrée à mes mises en scènes et puis ceci :

Mon Noël cette année sera donc russe : mon amaryllis n’est pas encore fleuri et mon sapin pas encore acheté mais sinon c’est çà !

 

Avec, dans un petit coin de mon coeur :

J’ai découvrir aussi le nouveau salon de thé de Betjeman and Barton à Paris avec des samovars !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

JE VOUS SOUHAITE UNE BELLE JOURNÉE 

 

Avec toute mon amitié : merci Camille

 

 

L’agenda de la ménagère

 

Je vous en avez déjà touché trois mots ici et je voudrai vous le montrer en détails.

 

 

Comme tous les agendas, il commence par un calendrier de l’année : ici c’est 1914 et par la liste des fêtes à souhaiter et j’apprends donc qu’en 1914 la Sainte Sophie était le 1er août au lieu du 25 mai actuel.

 

Puis, après quelques publicités savoureuses, nous passons aux choses sérieuses.

 

Chaque début du mois est présenté par un calendrier dudit mois , d’une très belle illustration et d’une publicité : rappelez vous que votre agenda vous a été offert par l’Epicerie Louis Prost !

 

Toutes les pages des mois sont identiques : les dépenses et les recettes puis la récapitulation du mois et le budget : en fait c’est plutôt un livre de comptes qu’un agenda comme nous l’entendons de nos jours !

A la fin du mois vous avez les notes du mois et des menus et recettes :

 

Je sens que vous mourrez d’envie de voir une recette, et bien voici :

 

 

Vous remarquerez que le menu du soir est beaucoup plus copieux que celui du midi !

 

A la fin de cet agenda se trouve le carnet de blanchissage de la maison : le linge de Madame, le linge de Monsieur, celui des enfants, des domestiques et enfin le linge général de la maison.

 

Puis nous avons l’agenda des jours de réception des dames que nous fréquentons :

Et c’est là que nous en arrivons au plus intéressant :

D’abord, quelques recettes pratiques sur cinq pages tout de même !

Et ma foi bien instructives !!!

 

Je vous donne deux astuces de la ménagère :

Contre l’insomnie :

Boire un verre de malaga le soir en se couchant, ou faire chaque jour une longue promenade à pied au grand air .

Pour enlever les taches de rouille sur le linge :

Passez sur la tache de la pulpe de citron, puis repassez avec un fer chaud, sans qu’il soit trop brûlant.

 

Nous avons ensuite tous les renseignements divers et variés comme les dates à retenir ( vélocipèdes : déclarations : dans les 30 jours de l’acquisition ) , le prix des billets de train, des lettres et des colis postaux :

 

Puis l’instant le plus savoureux de l’agenda :  » la formation de ménagère de la femme  »

Le texte débute ainsi :  » Parmi les causes du lourd malaise qui pèse sur nous, l’une des plus inquiétantes est l’affaiblissement de la famille sous l’assaut combiné des lois et des moeurs . »

et donc plus loin :  » le famille vaut ce que vaut la femme : le père en est le chef; mais la femme en est la base. C’est elle qui est la providence ou la ruine du ménage (…) c’est elle, d’après Fenelon,  » qui fait ou défait la maison ».

 » Le taudis accuse la femme; le home propre et riant la glorifie « .

 » On ne saurait donc proclamer assez haut l’importance de la ménagère  » dont le prix, disent les livres saints, surpasse celui des perles « .

 » la tenue du ménage est une science qui ne s’improvise pas. Beaucoup de femmes ne savent ni coudre ni faire la cuisine, et cette ignorance a sur les destinées de la famille les plus lamentables conséquences. »

 » l’enseignement ménager apprend à la femme son métier d’épouse et de mère, l’art et la science d’administrer avec économie le budget du ménage, de faire régner dans son foyer l’ordre, la propreté, le charme, qui retiendront le père à la maison, lui rendront la vie douce, le travail facile, l’envelopperont d’une atmosphère chaude et sereine de paix et de réconfort moral et le disputeront victorieusement aux séductions malsaines du dehors . »

« il n’est plus aujourd’hui contesté par personne que « le taudis est le pourvoyeur du cabaret » .

Le texte se termine ainsi :  » je demande des écoles de ménagères !  »

Charmant petit texte, non ?

Suivi de conseils pour  » la bonne tenue du Ménage  » :

 

 

Et pour finir quelques conseils médicaux avec un dictionnaire, les médicaments dangereux et comment soigner les malades :

 

Une formation complète on vous dit !!!

Et puis pour se détendre un peu quelques traits d’humour et de bonnes histoires !

La légende :  – Dire que je paye vingt francs tous les matins pour que ma masseuse m’en fasse autant sur la figure ! …

La légende : – Regardez-moi celle-là, mère Durand, voilà que maintenant les poules se parent des plumes de coq !…

– C’est ce qu’on appelle le progrès ! mère Dupont !

 

Qui a dit que nos ancêtres n’avaient pas d’humour!

Ce petit agenda était donc votre coach personnel ! Il avait la réponse à toutes vos questions !

 

Il est d’autant plus émouvant qu’il date de 1914… et qu’il est resté vierge, sans doute oublié dans les stocks de l’Epicerie Louis Prost …

 

 

 

 

 

 

 

Histoire d’encres…

 

Je voudrai d’abord profiter de ma plume pour m’excuser auprès de certaines ayant des blogs chez Canalblog : je n’arrive plus à mettre de commentaire  ! et le plus curieux c’est que ce n’est pas chez tout le monde ! et bien sur je ne reçois plus certains post! J’en suis désolée…

A suivre mais j’aimerai bien comprendre !

Donc  HISTOIRE  D ‘ ENCRES  :

 

 

Depuis toute petite déjà je suis passionnée par les encres car en écrivant avec un stylo plume j’aime changer de couleurs avec mon humeur ou avec le stylo !

Rien que le nom des encres J.Herbin me fait penser à un poème : lisez plutôt  :

 

Perle noire

Gris nuage

 Lie de thé

Café des iles

Cacao du Brésil

Violette pensée

Bleu nuit

Bleu myosothis

Eclat de saphir

Bleu pervenche

Bleu azur

Lierre sauvage

Vert empire

Vert olive

Vert réséda

Diabolo menthe

Vert pré

Poussière de Lune

Terre de feu

Rouge caroubier

Rouge opéra

Rouge bourgogne

Larmes de cassis

Rose cyclamen

Bouquet d’Antan

Rose tendresse

Ambre de Birmanie

Rouille d’ancre

Orange indien

Bouton d’or

Tous ces noms me donnent envie d’écrire  …

Je ne les ai pas toutes mais j’en ai quelques unes de très jolies  !

Je glisse dans mes colis de petits mots à mes clients écrits à l’encre Rose cyclamen ou Vert olive pour s’harmoniser avec mes emballages et mes cartes de remerciement…vous verrez bien un jour ?

J’écris à mes amies avec de la Poussière de Lune … parce qu’elles le valent bien  !

Je rédige les articles de mon blog dans un grand livre ancien de comptes avec des Larmes de cassis … et oui , rien que pour vous je pleure des larmes en silence  !

Je tiens l’inventaire de ma boutique en ligne avec Terre de feu et Lie de thé  … parce que c’est du sérieux  !

Je réserve Violette pensée à mon livre de brocante  … oui, oui, j’ai un grand livre où je note l’histoire de mes achats en brocante pour qu’ils aient au moins cela à défaut de leur histoire personnelle souvent perdue  …

L’ Orange indien me sert pour mon agenda  :

Les Bleus Myosotis et Pervenche m’aident à coucher mes idées  dans mon carnet d’inspirations pour mes créations de bijoux ou de papier …

Et pour un petit clin d’oeil nostalgique comme je les aime voici un joli encrier de voyage trouvé par Maman dans une brocante :

Un trait de plume m’émeut toujours autant et mes derniers achats sur Ebay me donnent bien raison :

Je pense déjà à ma prochaine trouvaille : un encrier ?  quelques pages manuscrites ? des notes de musique ? une plume ancienne ? et une petite nouvelle pour mes couleurs d’encre ?

Et puis une petite touche d’humour pour terminer ce billet en beauté : un salon de thé à Lourmarin !

Vous comprenez que je n’ai pu résister à prendre la photo ?

 Pour finir :

AVEC PLAISIR ET POESIE

Le souffle du Passé

 

Pastel

 » J’aime à vous voir dans vos cadres ovales,

Portraits jaunis des belles du vieux temps,

Tenant en main des roses un peu pâles,

Comme il convient à des fleurs de cents ans. « 

 

 »  Vous, cependant, vieux portraits qu’on oublie,

Vous respirez vos bouquets sans parfums,

Et souriez avec mélancolie

Au souvenir de vos galant défunts.  « 

Chaque portrait chiné renferme un secret…

L’histoire de la femme représentée est bien cachée et nul ne la découvrira jamais…

Je laisse vagabonder mon esprit et l’imagination me rend ces vies oubliées et je rêve, parfois, que ces jolies dames sont mon Passé…

 »  La main au front, le pied dans l’âtre,

Je songe et cherche à revenir,

Par delà le passé grisâtre,

Au vieux château du Souvenir.  « 

Les trois extraits de poèmes sont de Théophile Gautier.

Souvenirs…

 

Quelques grammes de tulle, des fleurs de cire, une armature de métal, et beaucoup d’émotions…une couronne de mariée.

La fleur d’oranger était le symbole de la virginité mais aussi de l’éternité grâce à la cire d’abeille utilisée pour sa fabrication.

C’est cette couronne que l’on retrouve dans nos globes de mariée chinés avec passion par une grande partie d’entre nous. Pour connaitre leur histoire je vous recommande de lire cet article sur le blog Présent Passé.

Ma grand-mère portait le jour de son mariage une couronne digne d’une reine :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour le mariage de sa fille, ma maman, ma grand-mère portait une magnifique capeline de soie drapée : une petite merveille artistique faite sur mesure :

 

 

 

 

 

 

 

 

Aujourd’hui, pour ne pas enfermer ces trésors dans l’Oubli, je les regarde chaque jour avec amour.

J’ai paré un petit buste de jeune fille de la couronne de mariée et mon mannequin Madame Éléonore  de la capeline.

Je trouve qu’il faut savoir s’entourer des objets du Passé et surtout de ceux de sa famille pour savoir apprécier le Présent.