Entre hiver et printemps

Le soir quand le soleil se couche, il nous rappelle que l’hiver est encore là .

Sa lumière reste diffuse et le froid s’installe pour la nuit mais déjà les fleurs annoncent le Printemps :

017-002

 

 

C’était ma participation au rendez vous du samedi chez Amartia :

logo amartia

 

 

JE VOUS SOUHAITE UN TRÈS BEAU WEEKEND 

 

Histoire d’eau

Pour nos instants du mois chez Rêveries du chat bleu, Sylvie nous propose le thème de    »  l’eau dans tous ses états  » pour ce mois de février qui, on peut le dire, est très riche en eau cette année !

Je suis sortie photographier les feuilles après la pluie mais en ville à cette époque de l’année ma moisson a été pauvre :

025

023

 

 

 

 

 

 

 

024

 

Autant vous dire que je préfère l’eau comme cela : par beau temps faire une belle balade le long de la Seine :

001

 

 

Ou comme çà : lors d’une promenade automnale à Sommières dans le Midi :

044 043 042 041-001 040

 

Ou au bord de la mer à Montpellier :

0251 0241 0231 226

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et encore dans le beau port de pêche de Sète :

0252 057

 

Ou à la fin de l’été après une petite pluie rafraîchissante :

 

224

 

Mais pas en plein hiver à Vincennes !

A part la consolation d’être deux sous un parapluie !

051-002

Carte : ICI

 Il faut attendre l’arrivée des fleurs pour que la poésie de l’eau se réveille et offre des perles de pluie aux roses :

 

006-001

Février

007

Février

Aux pans du ciel l’hiver drape un nouveau décor ;
Au firmament l’azur de tons roses s’allume ;
Sur nos trottoirs un vent plus doux enfle la plume
Des petits moineaux gris qu’on y retrouve encor.

Maint coup sec retentit dans la forêt qui dort ;
Et, dans les ravins creux qui s’emplissent de brume,
Aux franges du brouillard malsain qui nous enrhume
L’Orient plus vermeil met une épingle d’or.

Folâtre, et secouant sa clochette argentine,
Le bruyant Carnaval fait sonner sa bottine
Sur le plancher rustique ou le tapis soyeux ;

Le spleen chassé s’en va chercher d’autres victimes ;
La gaîté vient s’asseoir à nos cercles intimes…
C’est le mois le plus court : passons-le plus joyeux

 

Louis Honoré Fréchette

 

C’est le mois le plus court : passons-le plus joyeux !

Çà c’est une bonne idée !

Je vous propose une explosion de couleurs pour finir ce mois de février !

Vous êtes prêt ?

008

005

0291

085

029

015

078

106

018

014

026

0122

140-003

0121

0081

053

145

098-1

209

041

068 047

142-002

IMG_0291

002

019

012

0191

004

162

0351

025

BELLE JOURNÉE EN COULEURS !!!

J’espère que ce cocktail de vitamines vous aura donné des ailes pour ce mercredi encore bien gris en région parisienne .

038

Les cartes sont à retrouver dans ma boutique : ICI

Promenade

La semaine s’annonce encore pluvieuse !

Pour le moment il ne pleut pas mais le ciel est bien gris.

Donc pour changer un peu voici les photos de ma promenade de vendredi au Parc Floral :

D’abord avec un beau ciel bleu :

015 014

 

 

 

 

060 059 058 057

Puis avec l’éveil de la Nature

016 013 012

 

 

 

 

 

 

 

018

 

 

 

 

 

 

 

 

Et quelques fleurs :

055 054 053 050 049 048 044 043 042 040

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

028 027 026

Et mon ami le paon :

039 038 037 036

035 030

Avec cette belle bruyère en fleurs :

034 033 032 029

JE VOUS SOUHAITE UNE BONNE SEMAINE 

026

Premier sourire du printemps

Tandis qu’à leurs oeuvres perverses
Les hommes courent haletants,
Mars qui rit, malgré les averses,
Prépare en secret le printemps.

Pour les petites pâquerettes,
Sournoisement lorsque tout dort,
Il repasse des collerettes
Et cisèle des boutons d’or.

Dans le verger et dans la vigne,
Il s’en va, furtif perruquier,
Avec une houppe de cygne,
Poudrer à frimas l’amandier.

La nature au lit se repose ;
Lui descend au jardin désert,
Et lace les boutons de rose
Dans leur corset de velours vert.

Tout en composant des solfèges,
Qu’aux merles il siffle à mi-voix,
Il sème aux prés les perce-neiges
Et les violettes aux bois.

Sur le cresson de la fontaine
Où le cerf boit, l’oreille au guet,
De sa main cachée il égrène
Les grelots d’argent du muguet.

Sous l’herbe, pour que tu la cueilles,
Il met la fraise au teint vermeil,
Et te tresse un chapeau de feuilles
Pour te garantir du soleil.

Puis, lorsque sa besogne est faite,
Et que son règne va finir,
Au seuil d’avril tournant la tête,
Il dit :  » Printemps, tu peux venir !  »

Théophile Gautier

Automne

 005

Sois le bienvenu, rouge Automne,
Accours dans ton riche appareil,
Embrase le coteau vermeil
Que la vigne pare et festonne.

Père, tu rempliras la tonne
Qui nous verse le doux sommeil ;
Sois le bienvenu, rouge Automne,
Accours dans ton riche appareil.

Déjà la Nymphe qui s’étonne,
Blanche de la nuque à l’orteil,
Rit aux chants ivres de soleil
Que le gai vendangeur entonne.
Sois le bienvenu, rouge Automne.

Théodore de Banville

006 005 004 003 002 001

005

Un petit billet pour participer au rendez vous du 20 du mois chez Ficelles et Chiffons.

automne

BELLE JOURNÉE

Instants d’automne

 

Pour notre amie du Chat Bleu voici mon instant de septembre pour le premier jour de l’Automne, l’une des saisons que je préfère pour ses couleurs et ce matin pour sa douceur :

 

Le Luxembourg.

Au Luxembourg souvent, lorsque dans les allées
Gazouillaient des moineaux les joyeuses volées,
Qu’aux baisers d’un vent doux, sous les abîmes bleus
D’un ciel tiède et riant, les orangers frileux
Hasardaient leurs rameaux parfumés, et qu’en gerbes
Les fleurs pendaient du front des marronniers superbes,
Toute petite fille, elle allait du beau temps
À son aise jouir et folâtrer longtemps,
Longtemps, car elle aimait à l’ombre des feuillages
Fouler le sable d’or, chercher des coquillages,
Admirer du jet d’eau l’arc au reflet changeant
Et le poisson de pourpre, hôte d’une eau d’argent ;
Ou bien encor partir, folle et légère tête,
Et, trompant les regards de sa mère inquiète,
Au risque de brunir un teint frais et vermeil,
Livrer sa joue en fleur aux baisers du soleil !

Théophile Gautier

008

001

007 006 005 004 003 002

 

L’automne

On voit tout le temps, en automne
Quelque chose qui vous étonne,
C’est une branche tout à coup,
Qui s’effeuille dans votre cou ;
C’est un petit arbre tout rouge,

Un, d’une autre couleur encor,
Et puis partout, ces feuilles d’or
Qui tombent sans que rien ne bouge.

Nous aimons bien cette saison,
Mais la nuit si tôt va descendre !
Retournons vite à la maison
Rôtir nos marrons dans la cendre.

Lucie Delarue-Mardrus

L’automne est déjà plus avancé à Vincennes qu’à Paris :

010 009-001 008-001 007-001 006-001 005-001

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est très difficile de trouver un poème sur l’Automne qui ne soit pas triste !

J’ai trouvé ce magnifique texte :

Septembre

A la fin de septembre les étoiles refroidissent et il y a dans le pré une odeur de pommes trop mûres.
J’aimerais que la mer qui voyage sans cesse m’écrive une lettre de sel très blanc avec juste une ombre de mélancolie où elle me parlerait de pays très lointains et de rivages verts, une lettre pour l’automne. Nous la lirions sous la lampe parce que les journées raccourcissent au moment des vendanges et que l’océan est loin malgré le vent qui nous en parle.
J’ai monté les bûches et le petit bois pour allumer du feu et je regarderai la flamme danser sur tes pommettes.

Claude Roy

Bien sur nous avons l’inoubliable :

Chanson d’automne

Les sanglots longs
Des violons
De l’automne
Blessent mon coeur
D’une langueur
Monotone.

Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l’heure,
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure

Et je m’en vais
Au vent mauvais
Qui m’emporte
Deçà, delà,
Pareil à la
Feuille morte.

Paul Verlaine

Pourtant l’automne ménage encore des surprises avec les orangers du Luxembourg :

009

BEAU PREMIER DIMANCHE D’AUTOMNE A TOUS

PROFITEZ DU BEAU TEMPS !

 

 

Le printemps reviendra

Ce matin un petit rayon de soleil sur un étal de fleuriste m’a fait entrapercevoir ce que sera le Printemps :

 IMG_0290

 

Et je me suis souvenue de cette jolie poésie : et rien que pour la faire mentir les primevères sont déjà là !

 

Le printemps reviendra

 

Hé oui, je sais bien qu’il fait froid,

Que le ciel est tout de travers ;

Je sais que ni la primevère

Ni l’agneau ne sont encore là.

 

La terre tourne ; il reviendra,

Le printemps, sur son cheval vert.

Que ferait le bois sans pivert,

Le petit jardin sans lilas ?

 

Oui, tout passe, même l’hiver,

Je le sais par mon petit doigt

Que je garde toujours en l’air …

 

Maurice CARÊME

IMG_0292IMG_0291

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_0289

IMG_0287

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_0288

IMG_0286IMG_0285

 

 

 

 

 

 

IMG_0284

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes photos sont faites et le soleil a disparu …

mais son souvenir est bien présent, lui, dans nos sourires !

Je vous souhaite un joli dimanche et une très bonne semaine

Vive le vent, vive le vent, vive le vent d’hiver …

029-014
Sur le long chemin
Tout blanc de neige blanche
Un vieux monsieur s’avance
Avec sa canne dans la main
Et tout là-haut le vent
Qui siffle dans les branches
Lui souffle la romance
Qu’il chantait petit enfant :{Refrain:}
Vive le vent, vive le vent
Vive le vent d’hiver
Qui s’en va sifflant, soufflant
Dans les grands sapins verts…
Oh ! Vive le temps, vive le temps
Vive le temps d’hiver
Boule de neige et jour de l’an
Et bonne année grand-mère…
Joyeux, joyeux Noël
Aux mille bougies
Quand chantent vers le ciel
Les cloches de la nuit,
Oh ! Vive le vent, vive le vent
Vive le vent d’hiver
Qui rapporte aux vieux enfants
Leurs souvenirs d’hier…Et le vieux monsieur
Descend vers le village,
C’est l’heure où tout est sage
Et l’ombre danse au coin du feu
Mais dans chaque maison
Il flotte un air de fête
Partout la table est prête
Et l’on entend la même chanson :
{au Refrain}Boule de neige et jour de l’an
Et bonne année grand-mère !
Vive le vent d’hiver !
Pour moi l’hiver
c’est grignoter des marrons grillés :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

c’est s’emmitoufler dans des lainages et coiffer mes chapeaux de velours :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

014-006

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

c’est se pelotonner au coin du feu avec un chat ronronnant sur les genoux

002

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

dessin d’une de mes clientes

 

021

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est faire du patins à glace sur les étangs gelés (enfin! çà c’est Si je savais en faire mais les images sont si jolies que je ne peux pas m’empêcher de vous les montrer)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

c’est faire des batailles de boules de neige :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ou des bonhommes de neige :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et puis le premier jour de l’hiver veut dire : c’est bientôt Noël !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

à la grande joie des petits  et des grands :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les enfants sont impatients et attendent le Père Noël :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous attendons avec eux tout aussi impatiemment !

229

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Belle journée : bonne fin de préparatifs !

La dernière feuille

 

 

Dans la forêt chauve et rouillée

Il ne reste plus au rameau

Qu’une pauvre feuille oubliée,

Rien qu’une feuille et qu’un oiseau.

 

Il ne reste plus dans mon âme

Qu’un seul amour pour y chanter,

Mais le vent d’automne qui brame

Ne permet pas de l’écouter ;

 

L’oiseau s’en va, la feuille tombe,

L’amour s’éteint, car c’est l’hiver.

Petit oiseau, viens sur ma tombe

Chanter, quand l’arbre sera vert !

 

La dernière feuille

Théophile Gautier

 

KOZO  Fin d’été

Et le chat lui dort :

003-002